La petite histoire qui va te faire flipper ta race (tellement qu’elle fait peur)

Un solo de Typhus Bronx
Clown qui pique
d’a(peu)près les frères Grimm
(en salle comme en rue)

Typhus a déterré une histoire ancienne.
Celle d’un petit garçon mal-aimé, mal-élevé, maltraité,
manipulé, décapité, recollé, découpé, dévoré…
mais finalement réincarné et bien décidé à se venger !
(Enfin, s’il y arrive…)

Une variation sanglante autour du conte du Genévrier dans un théâtre d’objet librement horrifique

Durée 60 min
Déconseillé aux moins de 12 ans

Distribution
De et avec Emmanuel Gil
Aide à la mise en scène Lisa Peyron et Marek Kastelnik

C’est une histoire sordide que le Conte du Genévrier. Une histoire qu’on devrait enfouir à tout jamais. Une histoire qui, une fois entendue, s’immisce et croupi dans nos cœurs jusqu’à ce qu’on la recrache, plus difforme qu’avant. Une véritable usine à cauchemars.

Les frères Grimm ont osé la coucher sur le papier. Ils y parlent d’un petit garçon qui a tué sa mère en venant au monde, et qui se retrouve élevé par une marâtre sadique qui n’a d’yeux que pour sa fille légitime. Un petit garçon mal-aimé, mal-élevé, maltraité, manipulé, décapité, recollé, découpé, dévoré…mais finalement réincarné, et bien décidé à se venger ! Parce que la vengeance fait du bien, et parce que le Mal engendre le Mal. Voilà pour la morale.

Cette histoire,Typhus l’a entendue et l’a prise très à cœur. Ce soir, c’est à lui de la raconter, c’est à lui de faire peur ! Même s’il ne s’en souvient plus très bien, même s’il s’emmêle un peu les pinceaux, même si sa langue fourche, même s’il n’arrive pas à gérer ses émotions, même s’il se laisse emporter par ses pulsions… L’histoire vivra, coûte que coûte. Il a tout prévu : la musique, les accessoires, l’éclairage, l’entracte, les effets spéciaux… et les spectateurs qui pourraient bien lui être utiles s’ils savent se montrer coopératifs. Mais quand l’histoire retrouve sa liberté, c’est pour mieux s’immiscer dans la réalité..

Si vous vous surprenez à paniquer, dites-vous simplement que… tout à une fin.

Contact :
Benoit Bonnamour
06.66.53.01.59 // benoit[-@-]artenprod.fr